L’article «How To Fight Back» provenant du site Britannique www.economist.com figurant sur le site de www.courrielinternation.com publié le 20 novembre 2015 nous dévoile l’ampleur que prend la menace terroriste.

Suites aux attentats du 13 novembre 2015 perpétrés par l’Etat Islamiste dans l’hexagone à Paris, beaucoup sont des Etats Européens qui ont adoptés des mesures de sécurités jamais envisagés à l’instar de la France dont le président François Hollande tente d’unir une coalition contre le terrorisme. 
Bénéficiaire du bienfait de la mondialisation le dynamisme de l’économie française se verra ralenti. L’idée défendue par le journaliste est de renforcer les frontières extérieures de la zone Schengen et améliorer l’échange des informations entre pays membres
Toute mesure de sécurité renforcée aura un coût de 1,77 milliard d’euros selon le calcul fait par BFMTV. Soit 27 euros de plus par an et par français.
Cette menace qui n’a jamais été aussi présente a vraisemblablement déjà des répercussions non négligeables sur :  
  • Des flux de marchandises et immatériels dans la mesure où des systèmes de contrôle mis en place ralentiront les échanges marchands entre les pays voir même faire augmenter des frais de port et donc décourager les investisseur potentiels (délocalisation)
  • Davantage  d’argent sera dédié au combat face à la menace encore présente. Ceci pourrait contraindre le contribuable de payer encore plus d’impôt. 

  •         Des flux migratoires sont fortement ralentis car les touristes dans l’hexagone comme partout dans les Etats concernés par le terrorisme sont de moins en moins nombreux. Fermeture des frontières aura son effet sur les migrants, les réfugiés et dont les failles de l’espace Schengen pourront être dénoncées.

C’est pour des raisons cités ci-dessus que j’ai trouvé cet article intéressant en le reliant avec notre objet d’étude actuel.    

MBAZIIRA
Moses
Ts
27/11/2015
Publicités