Compte-rendu :Palais Pitti

 

Durant notre séjour à Florence, nous avons fait la découverte du Palais Pitti qui a été construit en 1457 par Luca Pitti (riche banquier florentin), il a appartenu à la famille Pitti jusqu’en 1550.


Puis il fut vendu à la famille de Cosimo de Médicis, qui a par la suite modifié le palais en l’agrandissant et en faisant une galerie qui permettait de rejoindre par le Ponte Vecchio le Palazzo Vecchio.

Ce palais est rempli d’œuvres d’arts plus belles les unes que les autres et de siècles différents comme
le tableau de Fillipo Lippi « Madonna con bambino » (Madonna et l’enfant) œuvre du XVe siècle, « Adoriazone dei Magi » (Adoration des mages) d’Amico Aspertini œuvre du XVIe siècle et aussi des œuvres du XVIIe siècle comme « Ecce Hommo » (L’Homme) de Solsi carbo. On a aussi fait la visite des appartements du palais qui étaient ornés de décoration du XVe siècle. Cette visite nous a permis de nous cultiver sur l’histoire de ce palais toscan.
_________________________________________________________________

Interview Savonarole

Journaliste : Bonjour Frère Savonarole, parlez-nous un peu de vous, qui êtes-vous ?

Frère Savonarole : Bonjour, je suis né en 1452, dans une famille distinguée où j’ai été formé par mon grand-père à la médecine. Très vite, je me suis intéressé aux Saintes Ecritures avant de me plonger dans la lecture d’œuvres d’auteurs tels que Aristote, Platon ou encore saint Thomas d’Aquin, que je vous conseille fortement. Je suis également un frère dominicain qui avait sa propre cellule au couvent San Marco, j’y ai d’ailleurs séjourné en même temps que Cosme de Médicis; j’avais alors une grande cellule composée de 2 pièces ! Les autres frères m’enviaient énormément ! Si vous vous y rendez aujourd’hui, vous pourrez apercevoir mon magnifique chapelet ainsi que ma somptueuse robe de frère que j’ai laissé.

Journaliste : Merci pour ces conseils, nous nous y rendrons avec plaisir. Pourquoi entend-on parler de vous, en quoi êtes-vous populaires ? Quels sont les actes qui vous ont rendus populaires ?

Frère Savonarole : J’ai été connu pour avoir organisé des réformes religieuses ainsi que des prêches antihumanistes dont je ne suis pas peu fier. Mais mon chef d’œuvre, l’œuvre de ma vie restera sûrement mon magnifique autodafé, aussi appelé « bûcher des vanités » qui m‘aura permis de faire disparaitre de nombreux livres et œuvres d’arts profanes. J’ai, entre autre, dirigé la dictature théocratique de Florence de 1494 à 1498, qui me vaudra par ailleurs d’être condamné à mort.

Journaliste : J’ai cru comprendre, qu’après cette vie très chargée, vous avez connu une mort ironique. Pouvez-vous nous en parler ?

Frère Savonarole : (rires) Effectivement, j’ai été brûlé vif sur la même place où j’ai effectué mon autodafé ! C’est ce qu’on appelle l’ironie du sort ! J’espère que les gens ne retiendront pas mon nom juste pour cette raison ! (rires).

Benjamin et Mohammed

_________________________________________________________________

La gastronomie italienne

Bonjour je suis aujourd’hui présent pour vous interviewez au sujet de la gastronomie italienne.

– Qu’avez-vous pensé de la gastronomie italienne ?

Franchement, j’ai bien aimé la manière dont étaient relevés les plats et la qualité des ingrédients m’a assez surpris et impressionné.

– La gastronomie italienne est-elle à la hauteur de sa réputation ?

Evidemment que la gastronomie italienne est à la hauteur de sa réputation grâce à ses repas de traditions et de très bonne qualité que j’ai grandement apprécié. Les plats préparés avec amour et finesse dans des fours traditionnels.




– Le rapport qualité/prix était-il raisonnable ?

Les prix étaient relativement raisonnables par rapport à la qualité du produit.

– Les plats étaient-ils assez variés ?

Non je n’ai pas trouvé que les plats étaient assez variés car les repas étaient assez similaires par exemple sur un même jour on a mangé deux fois les même pates.

– Pouvez me faire un repas type avec se que vous avez mangé ?


on repas serait en entrée des pates au pesto comme plat principal une pizza Margherita et en dessert une tarte florentine nommé schiacciata fiorentina qui est composé d’orange avec de la crème au milieu.

————————————————————————————

Le tourisme à Florence

A Florence, nous avons pu constater plusieurs variétés de commerces.
Nous avons pu observer premièrement plusieurs marchands ambulants présents sur les principales places touristiques, vendant quelques figurines ou bracelets. D’autres, installés dans des stands vendaient des cartes de souvenirs, tee shirts, ou encore boules à neige. Le Mercato central est spécialisé dans la vente de produits de cuir.
Enfin, nous avons pu observer un quartier riche, entouré d’hôtels de luxe, de bijouteries (principalement concentrées sur le Ponte Vecchio, autrefois lieu de ventes dédiés aux tripes, mais dont l’odeur insupportable incommoda un membre de la famille des Médicis, qui décida de les chasser) et de boutiques de grandes marques.
Nous avons eu le plaisir de manger au restaurant midi et soir. Nous avons découvert que les pâtes sont une entrée (appelée Primi Pasti) de toutes sortes :
sauce tomate, bolognaise, pesto, courgettes, et ail abondamment recouvert de parmesan.
Enfin l’Italie, pays spécialiste de la glace, en propose à tout coin de rue : tiramisu, café, stracciatella et j’en passe, glaces à prix exorbitants ! (10 euros pour 2 boules)

Killian et Eyal

———————————————————————

Piazza della Signoria

Je cherche cette place mais je n’arrête pas de tourner en rond, jusqu’à ce que je j’aperçoive le Palazzo Vecchio..

Et c’est à ce moment là que j’ai compris que j’ai trouvé cette place. En regardant autour de nous, on peut apercevoir cet immense espace et au centre de la place quatre statues : deux devant le Palais, David par Michel Ange et Persé par Cellini .

Une autre devant la Loggia puis une autre au centre de la place. Au centre de la place j’aperçois la statue de Judith et Holopherne dont l’auteur est Donatello.

Méduse sculptée par Jean de Bologne. D’après ce que j’ai compris ces statues symbolisent la république car elles représentent le courage, la vertu et la liberté. La Loggia sert aux cérémonies de la République et le lion de la Loggia représente la démocratie.

————————————————————————————–

Reportage sur la Piazza Santa Maria de Novella

Cette place se situe au cœur de la ville de Florence.
Il s’agit d’une place sur laquel il y a une grande église qui date de 1278 commandée par les Dominicains. A l’intérieur de l’église, il y a de grandes fresques peintes par Giotto, Brunelleschi, Lorenzo Ghiberti, Benedetto da Maiano, Masaccio, Domenico Ghirlandaio mais aussi Botticelli. Cette place a une forme ovale car elle accueillait des courses de chars. Les tableaux qui sont à l’intérieur du cloître utilisent la perspective pour montrer la profondeur. On trouve au sol du cloître des tombes. On trouve à droite de l’église un cimetière. Dans la chapelle des espagnols, on peut trouver plusieurs fresques comme la Nativité ou encore la Crucifixion fait par Andrea di Boniuto.
Malheureusement nous n’avons pas pu entrer dans l’église ni dans la chapelle car l’entrée était payante. Après avoir fait des recherches c’est la déception qui nous a gagné. Toutefois nous avons pu tout de même admirer la façade de cette église qui était très colorée ornée de marbre vert et rouge ce qui ajouté une certaine gaité à la structure. La place quant à elle n’était pas très fréquentée ce qui est assez étrange en plein milieu d’après-midi pour une place d’un lieu touristique. En comparaison, la place Santa Croche où l’on pratiquait le cacchio, sport extrêmement violent où tout les coups étaientt permis, était quant à elle très fréquentée principalement de vendeur à la sauvette.
Lahlou Deschizeaux

————————————————————-

La Cathédrale Santa-Maria del Fiore

Santa-Maria del Fiore (Sainte Marie de la Fleur, en français) est le centre culturel de Florence. Datée de 1436 elle comporte le plus grand dôme construit au monde à cette époque -là avec plus de 45 mètres de diamètre. Ce dernier fut imaginé puis construit par l’architecte Filippo Brunelleschi en 16 longues années. La cathédrale historique de Florence, mesure 153 mètres de long et la base de la coupole mesure 41,98 mètres de large.

Santa-Maria del Fiore située sur la Piazza del Duomo a une architecture unique et extrêmement complexe par rapport à son époque. Filippo utilise la technique de l’arête de poisson, un système de superposition de briques qui se recentre lors de la construction. Le marbre est également utilisé pour surplomber la fameuse coupole.

A l’intérieur la cathédrale est couverte de pavage et de mosaïques ainsi que de tableaux historiques dont notamment le chevalier vert (fresque). Une horloge qui tourne à l’envers avec 24 chiffres (chiffres romain), du lever du soleil au coucher. Il y avait beaucoup de monde qui voulait visiter la cathédrale.

Publicités