Pour cette 3ème intervention dans le cadre du FIFF,  Marie, une musicienne spécialiste en électroacoustique (électronique/son), est venue nous aider à sonoriser le film d’Alice Guy (1873-1968),  Les résultats du féminisme (1906). (https://www.youtube.com/watch?v=_MO-LgdE7hE).

Pour commencer nous allons faire un court résumé de l’histoire du cinéma et du son au cinéma :

-Les frères Lumières ont créé le cinéma en 1895

-En 1930 il commence à devenir parlant, grâce à une innovation technique qui permet la synchronisation image/son.

Le son dans la période précédente se faisait grâce à un orchestre ou un piano.

Pour filmer, la caméra enregistre le son avec l’image synchrone. C’est le son en direct. Mais des sons sont parfois rajoutés à cause de la pollution sonore (par exemple bruits d’avion), de la dangerosité dans le tournage (par exemple dans les cascades) ou simplement que la scène se déroule trop loin du micro.

Dans ces cas, on refait l’ambiance sonore ou les paroles en studio après (en post-production). C’est le bruitage en direct. Cette technique, toujours utilisée pour le doublage des voix est beaucoup moins présente depuis le développement de l’informatique, depuis 30 ans.

Ensuite, la musicienne nous a fait une présentation des objets qu’elle nous avait ramené pour faire les bruitages comme par exemple : une feuille d’aluminium pour faire le tonnerre, deux noix de coco qui se cognent peut donner le bruit d’une dame qui marche en talon et des appeaux afin de produire des bruits d’animaux. Après sa présentation, nous avons pu les regarder et les essayer.

Nous avons visionné le film et ensuite nous avons choisi de sonoriser la première partie.  Nous avons donné des idées pour la sonorisation comme :

-une noix de coco et un balai pour faire les bruits des pas

-la voix de Sélomé pour faire la voix de l’homme

-le son du canard pour faire la voix de la femme

-des sifflements pour faire la voix des autres hommes au second plan

-une cloche et une porte pour faire le bruit de la porte

Pour synchroniser les sons produits avec le film, des élèves ont appris à mixer le tout sur l’ordinateur à l’aide d’un logiciel.

Marie nous a alors rappelé que la synchronisation image/son était appelée montage son et que l’équilibre des pistes c’est à dire le mixage se faisait très souvent à la fin du tournage. Enfin nous avons parlé du micro :  sa fonction principale, son fonctionnement, sa fabrication, ses caractéristiques mais aussi d’un problèmes que l’on peut rencontrer lors de son utilisation, le  larsen, un son qui se répète en boucle et qui devient de plus en plus fort

Pour finir elle nous a parlé des orientations pour se spécialiser dans son métier en faisant un BTS Audiovisuel, École Spécialisée au Conservatoire de Paris.

Fabien et Killian, 1ère SSi

Advertisements