Dans le cadre de l’initiation de l’architecture pour les élèves, l’architecte Jacques Le Péchon est venu parler de la future gare à Créteil l’Echat et plus généralement du projet du Grand Paris. Le thème abordé est l’importance des chantiers dans la modification des espaces de proximité.

Tout d’abord, l’architecte a parlé des anciennes transformations de Paris depuis l’époque gallo-romaine. Lorsque Paris (à l’époque Lutèce) a été prise par les Romains, ceux-ci ont radicalement transformé la ville. Ils ont créé des rues perpendiculaires et en particulier des voix plus importantes comme le cardo (axe nord-sud) traversé aujourd’hui par la rue Saint-Jacques et le decumanus (axe ouest-est) la rue des écoles. Et puis ils ont inauguré de nombreux équipements dont on retrouve encore les vestiges aujourd’hui : les ruines du therme de Cluny situées sur le boulevard Saint-Michel ; l’arène de Lutèce derrière le Jardin des Plantes. L’invention du béton qui est un mélange de chaux, de cailloux et d’eau par les romains ont permis la construction de ces équipements.

Puis il a abordé les différentes murailles de la ville de Paris, notamment celle de Philippe Auguste vers la fin du XIIème siècle, celle de Charles V au XIVème siècle, celle des Fermiers généraux avant la Révolution française et celle de Thiers en 1840.

La muraille de Philippe Auguste a disparu mais on retrouve néanmoins des vestiges comme des morceaux de mur à la place Contrescarpe et des restes de tour derrière l’église Saint-Paul. On retrouve les fondations du château du Louvre dans l’actuelle cour carrée du Louvre qu’on a découvert lors de la construction du musée du Louvre.

La muraille de Charles V est une extension de la muraille avec 6 portes d’entrées. L’ancienne zone non ædificandi est libérée pour les constructions urbaines. A sa démolition, des grands boulevards sont crées sur l’ancien bâti de la muraille. Des arcs de triomphe sont construits aux portes des fortifications.

La muraille des Fermiers généraux qui sont des percepteurs possède des postes de péage à ses portes. Ces poste « chics » et beaux sont l’œuvre de l’architecte Nicolas Ledoux qui s’est inspiré de l’architecture gréco-romaine et a réadapté les formes des colonnes. La population de Paris ne veut plus payer d’impôt et sera l’une des raisons pour laquelle la Révolution française éclatera. Aujourd’hui, la ligne de métro 6 suit la partie sud du tracé de l’ancienne muraille et la ligne de métro 2 la partie nord.

La muraille de Thiers construite en 1840 est accompagnée de nombreux forts à l’extérieur des remparts. Celle-ci est démolie en 1860 et remplacée par les boulevards des Maréchaux.

 

 

L’architecte a parlé des importants travaux menés par le baron Haussmann sous l’empire de Napoléon III.

Le baron Haussmann est nommé pour mener des travaux de rénovation de la ville de Paris. Celui-ci a un pouvoir très puissant et parvient à entreprendre toutes les constructions. Il commence par construire des égouts, installer l’éclairage au gaz et inaugurer des routes rectilignes dont l’un des raisons était de faciliter le tir en ligne droite des canons. Puis il prolonge des rues comme celle de Rivoli, ouvre de grands boulevards et aménage la place de la Nation et la place de la République.

Pour effectuer ces grands travaux, il a procédé à l’expropriation des habitants, puis la destruction des maisons et enfin à la construction et la vente des parcelles. Les détenteurs des parcelles sont soumis à un cahier des charges qui leur impose la forme des maisons. Le model est un appartement à six étages, balcon au deuxième étages, présence d’un rez-de-chaussée et des chambres de bonnes au sixième étage. Ces maisons sont habitées par des bourgeois et reflètent l’organisation sociale très hiérarchisée.

Sont construits à la fin de l’empire de Napoléon III et au début de la révolution industrielle les gares et les halles. Les Halles de Paris sont construites avec des matériaux modernes tels que l’acier et le verre.

 

 

Puis il a abordé les grands travaux menés au XXème siècle.

En 1900, à l’occasion de l’exposition universelle déroulant à Paris, le métro est créé.

Les entrées des métros ont été imaginées par l’architecte Guimard qui opte pour un style très naturel avec les formes de fleurs, de plantes et de lianes. Ces stations sont classées monument historique. Avec l’architecte belge Horta et l’architecte catalan Gaudí, ils deviennent les précurseurs du mouvement Art nouveau.

 

Au XXème siècle, avec la révolution industrielle et les nouveaux matériaux, l’architecte Le Corbusier propose un plan d’urbanisation où on retrouve des immeubles de 100 mètres, des routes perpendiculaires appelé le plan Voisin pour la ville de Paris. Pour le mettre en place, il fallait exproprier les habitants de Paris mais sous la contestation des habitants, le projet ne verra pas le jour.

Un groupe d’architecte dont Le Corbusier, organise un congrès lors d’une croisière à Athènes pour débattre de la forme des villes nouvelles. La charte d’Athènes de 1933 établit les règles sur la planification et la construction des villes. De cette charte est né le mouvement l’Esprit nouveau qui parle des facteurs à prendre en compte pour la construction des villes : l’importance de la voiture et donc des routes ; les matériaux modernes comme le béton, l’acier et le verre ; l’importance de l’hygiène et des espaces verts.

Après la Seconde Guerre mondiale, Le Corbusier obtient du Ministre de la Construction le droit de construire dans la ville de Marseille. Il va notamment construire une résidence appelé La cité radieuse qui sera équipée de commerces, d’écoles et de services.

Entre 1960 et 1973, a eu lieu la création du boulevard périphérique qui entoure la ville de Paris et l’agrandit de nouveau. On retrouve des logements sociaux et habitations à loyer modéré entre le boulevard périphérique et les boulevards des Maréchaux.

S’en suit la création de nouvelles villes indépendantes mais reliés à la ville de Paris comme Créteil, Cergy, Pontoise… Ces villes sont autonomes et raccordées par chemin de fer à la capitale.

Le site de Châtelet est le plus grand hub de la capitale, elle il est desservie par trois lignes de RER et 5 lignes de métro. La construction des gares souterraines a nécessité la démolition des Halles.

La création des gares a bouleversé les Halles. Avant on y retrouvait un grand marché avec une clientèle d’origine populaire mais aujourd’hui, c’est devenu un centre commercial avec des galeries d’art avec une nouvelle clientèle de population riche.

 

Le président Georges Pompidou lance un concours d’architecture pour le futur centre culturel situé au cœur de Paris. 680 architectes y participent. Le concours est remporté par deux architectes italiens Piano et Rogers.

Publicités