Cette année, l’atelier d’écriture avec la seconde C a débuté le 8 janvier 2015, le lendemain des attentats contre Charlie Hebdo.

Le thème prévu portait sur l’esclavage moderne. Mais devant l’émotion et la sidération perceptibles chez les élèves, nous leur avons laissé le choix des mots. Ils ont d’abord écrit sur ce drame, puis lors des séances suivantes ont évoqué le sort des esclaves modernes. Il est apparu qu’un mot puissant et intemporel réunissait ces victimes, celui de liberté.

Je remercie la Biennale Internationale des poètes en Val-de-Marne et l’Institut du Tout-Monde pour avoir permis à cet atelier d’exister.
Je remercie Timothée laine qui a guidé lors de ces quatre séances l’écriture des élèves et Sophie Bourel qui a animé deux séances de diction.

Paule Gibaud (professeure de lettres)

Professeurs associés au projet : Sophie Hervas (documentaliste) et Clotilde Immel (professeur d’histoire-géographie)



Des femmes
Pures, innocentes, belles,
Apprennent la vie,
Librement.
Des hommes
Aux aguets,
Vicieux et pervers,
Attendent.
Partout,
Dans la rue,
Elles passent,
Ils bondissent.
Vendues.
Ils se partagent leur dignité,
A deux ou à quatre.
Nu, elle ne dira mot.
Le calvaire est là.
Elles aussi.
Emplies de douleur,
Les larmes tombent.
Des femmes,
Salies, bouleversées, épuisées,
Attendent de vivre,
Librement.


Mathilde
====================================

Les Sans-Nom
Enchainés à la rue
Orphelins sans avenir
À Ghardaïa
Où le plus fort mange le plus faible
Ils sont anéantis
Moi aussi.


Fayçal
====================================
Toi cruel patron
Personne sans émotion
Toi à qui l’on sert de pions
Redonne-nous notre liberté
Fait preuve de bonté
Au lieu de vouloir nous tuer.

Mettez-vous à la page
On est en 2015
Et l’esclavage
Doit cesser.

Travail
Forcé
Armé
Prêt à tuer
Sans réfléchir
Au fond ils le savent
Ils vont en mourir
Alors aidez-les.


Yousri
====================================
Esclaves au XXIe siècle
Ils partent travailler
Ils y perdent leur dignité
Ils sont obligés de s’abaisser
Sans possibilité de se révolter

Migrants et ouvriers
Travaillent sans s’arrêter
Leurs documents officiels
sont confisqués
Des employeurs perfides
Promettent de les payer
Même s’ils ne verront jamais
la couleur de ces feuilles de papiers.


Catalin
====================================

J’ai la rage.
Dès le plus jeune âge
L’esclavage
Fait des ravages
C’est un carnage !
J’ai la rage !
Faudrait se mettre à la page
Luttons contre l’esclavage.


Soufiane
====================================


À même la chaleur, le givre,
Les mains gelées, ils crèvent pour vivre.
Au nom d’un écervelé sans pitié,
Qui ne les regarde même pas travailler.

En solitaire, je suis
Les atrocités, la violence,
Mes bourreaux, ma démence,
Les chaines de l’inespérance.
En solitaire, je fuis.
Je me reconstruis
Je refais ma vie
Je renais, je suis.


Orianne

====================================


Hier fut un jour tragique
Aujourd’hui est un jour nouveau
Demain sera un jour de paix.


Baptistin
====================


 Ils m’ont amputé de tous mes membres
Je suis sourd
Je suis muet
Je suis aveugle
Je suis des nôtres
Même quand ils tuent des nôtres.


 Voiler la paix avec la haine.

Placer son côté sombre
Derrière soi

Demander le soleil
Avec son ombre.


Cansel 

========================================
Un enfant est enfermé au fond d’une cage
Obligé de travailler comme un animal
Cet enfant pleure, il a mal

Nous nous devons de l’aider
Stoppons maintenant cette folie
Qui encore maintenant sévit
Luttons contre l’esclavage.


Au loin des gens souffrent, crient de douleur,
Des hommes comme nous,
Qui ont une une identité, un cœur.
Pour nous ce ne sont que des étrangers,
Des inconnus.
Nous nous taisons, nous ignorons,
Nous ne nous sentons pas concernés
Et lui se meurt. Faut-il que la France soit en feu
Remplie de haine et de souffrance ?
Ne le laissons pas mourir
Agissons
Avant qu’il ne soit trop tard.


Daniel

==================================== 

Au loin la violence
Arrive pas à pas,
Sans crainte.
Son sang-froid
Tue la liberté
Au loin la violence
Arrive pas à pas,
Sans crainte.
Son sang-froid
Tue la liberté
Crée la peur.
 

Mathilde

=====================================

Ils sont capturés dans leurs villages
Emmenés de force pour un long voyage

Embarqués dans des bateaux
Comme des animaux
Ils ne sont plus considérés comme des humains
Exploités jusqu’à l’épuisement
Dans les champs
Traite négrière.


Théo

================================

Publicités